Pourquoi faut-il davantage d’immigration ? P. KLOBOUKOFF - Académie du gaullisme

Académie du Gaullisme
Président Jacques Myard
Secrétaire générale Christine ALFARGE
Président-fondateur Jacques DAUER
Aller au contenu
Pourquoi  faut-il davantage d’immigration ?





par Paul KLOBOUKOFF,
                                                                                    En quelques mots
Après une pause d’environ 25 ans, l’immigration a repris de plus belle en France au début du siècle, et la proportion de la population immigrée dans la population totale n’a pas cessé de croître depuis. Même chose pour la population des étrangers, malgré de nombreuses naturalisations.
C’est pour l’essentiel « grâce » à l’immigration que la population de notre pays a pu augmenter modestement au cours des dernières années, montant de 66,1 millions (Mi) en 2014 à 67,8 Mi en 2021… pendant que la population immigrée croissait de + 15,5%, montant de 9,1% de la population totale en 2014 à 10,3% en 2021.
La croissance de la population active immigrée a été encore plus vive, + 19%. Sans elle la population active totale n’augmenterait quasiment pas. En même temps, l’emploi des immigrés provenant de l’extérieur de l’UE a progressé deux fois plus que celui des non-immigrés, ce qui a soutenu significativement la baisse du chômage en France.
Cette « dynamique » de l’immigration est une providence pour le gouvernement. Elle profite de défaillances graves liées à l’absence de véritable politique démographique ainsi que de restrictions sélectives à l’entrée et à l’installation des immigrés. Macron en a besoin et en est devenu addicte, tandis que la France en est dangereusement dépendante. Et puis, l’immigration est connue pour ses vertus en matière de compétitivité par la pression qu’elle accentue sur les salaires. Pourquoi s’en priver ?
Aux yeux du président mondialiste, européiste et multi culturaliste, cette dynamique est encore insuffisante. Aussi a-t-il annoncé pour début 2023 un projet de loi sur l’immigration, qui, en réalité, concerne essentiellement l’asile, qu’il souhaite faciliter. Sans visée électoraliste, bien sur. Après les confrontations attendues sur la « réforme des retraites, il sera intéressant de voir l’accueil qui lui sera réservé par les Français et leurs représentants.

Population, activité et chômage : merci aux immigrés ?
Population : une croissance ralentie, soutenue par l’immigration
Une inflexion est intervenue dans la croissance de la population en France sous la présidence de François Hollande au cours des années 2013-2014. Ralentie, la population n’a progressé que de + 2,47% de 2014 à 2022, soit d’à peine plus de + 0,3% par an en moyenne, celle des femmes dépassant un peu celle des hommes.
La part du solde naturel (naissance vivantes - décès) dans la progression de la population a notablement décru, descendant de 70,9% en 2013 et 88,9% en 2014 à 33,1% en 2020 et à 36,7% en 2021. En sens contraire, l’apport du solde migratoire à la croissance est monté de 29,1% en 2013 à 63,3% en 2021. C’est donc pour l’essentiel « grâce » à l’immigration que la population de la France a pu modestement augmenter au cours des dernières années.
En conséquence, la part des immigrés dans la population totale a augmenté de + 15,5% en 7 ans, montant de 9,1% en 2014 à 10,3% en 2021. Celle des étrangers a cru de + 18,5% er a atteint 7,7% de la population en 2021.
L’enquête emploi en continu de l’Insee a également fourni d’instructives « données de cadrage » sur l’activité, l’emploi et le chômage des immigrés ainsi que des non-immigrés de 2014 à 2021 (2).


Sans l’immigration, la population active n’augmente quasiment pas
Léthargique, la population active des non immigrés a stagné de 2014 à 2021, son effectif étant de 26,735 Mi de personnes cette dernière année. Pendant ce temps, sans entraves, la population active immigrée a augmenté de + 19%, pour atteindre 3,358 Mi en 2021, représentant alors 11,2% de la population active totale, contre 9,6% en 2014.
L’immigration a ainsi permis à la population active totale de « gagner » un petit + 2% sur la période.
Parmi les immigrés, le nombre des « immigrés hors UE » (provenant de l’extérieur de l’UE) a connu la croissance la plus forte, + 22% en 7 ans, et a atteint 2,424 Mi en 2021,
En 2021, seul le taux d’activité des immigrés hors UE dépasse le niveau de 2014
« Le taux d’activité se calcule en rapportant la population active  (en emploi et au chômage) à la population totale (des 15 ans et plus) », rappelle l’Insee.
Entre 2014 et 2021, le taux d’activité des non-immigrés a reculé et celui des immigrés a cru. En 2014, le taux d’activité des non-immigrés, 56,3%, était un peu supérieur à celui des immigrés, 55,5%. En 2021, c’est l’inverse. Le taux des non-immigrés a baissé à 55,7%, tandis que celui des immigrés est monté à 56,8%, et parmi eux, celui des « hors UE » a atteint 59,9%.
La présence des immigrés hors UE, femmes et hommes, sur le marché de l’emploi en France se renforce donc notablement… non sans un certain remplacement dans l’emploi.
Le taux d’emploi des immigrés hors UE a cru plus que celui des non-immigrés
« Le taux d’emploi est le rapport entre la population en emploi et la population en âge de travailler (15-64 ans) », rappelle l’Insee.
Le taux d’emploi d’ensemble a connu deux périodes distinctes de croissance. De 2014-2015 à 2018, il a progressé de 63,8% à 65,4%. Il a ensuite stagné jusqu’en 2020, puis a sauté à 67,3% en 2021 (avec le « rebond » de l’économie) au sortir de la période la plus sévère du Covid 19.
De 2014 à 2021, le taux d’emploi des immigrés provenant de l’UE a cru a un rythme très voisin de celui des non-immigrés, qui a progressé de + 5,1% et atteint 68%. Ce taux reste très supérieur à celui des immigrés hors UE, qui, pour sa part, a bondi de + 11,6% et se situe à 58,8%.
 
Baisse du chômage depuis 2016, contribution de l’immigration
Les séries annuelles récentes de l’Insee (3) permettent d’observer que le nombre de chômeurs de 15 à 64 ans en France est monté de 3,034 Mi en 2014 à 3,066 Mi en 2015, soit à 10,4% de la population active, avant d’amorcer en 2016 (sous François Hollande) une décrue qui s’est prolongée jusqu’au-delà de 2021. En 2021, le taux de chômage était descendu à 7,9% avec 2,346 Mi de chômeurs. Sur la diminution de 0,688 Mi chômeurs en 7 ans, 502 Mi étaient dans la large classe d’âge des 25 à 49 ans, qui en comptait 1,254 Mi en 2021.
Le taux de chômage des non-immigrés est descendu de 9,2% en 2014 à 7,3% en 2021, diminuant ainsi de - 20,7%. Pendant ce temps, la baisse du taux de chômage des immigrés a été encore plus forte, de 17,2% en 2014 à 12,7% en 2021, soit de - 26,2%. Elle a ainsi contribué à amplifier la baisse du chômage en France.
Macron défenseur des victimes de l’asile, ou l’asile au service de la Macronie ?
Le 15 septembre, sous le titre « Emmanuel Macron annonce un projet de loi sur l’immigration « au début 2023 » », lemonde.fr indiquait (4) que le chef de l’Etat avait annoncé : « Un projet de loi relatif à l’asile, donc à l’immigration dans la République, sera déposé dès début 2023 ».
Pour lui, « Notre politique aujourd’hui est absurde », « inefficace et inhumaine » en matière d’asile, car elle « consiste à mettre des femmes et des hommes qui arrivent, qui sont dans la plus grande misère » dans les quartiers les plus pauvres.
Il désire « différencier les procédures », « accélérer leur instruction » et « intégrer beaucoup plus vite et beaucoup mieux celles et ceux qui ont même un titre provisoire par la langue et par le travail ».
Il s’agit donc, en fait, de renforcer la dynamique de l’immigration et les procédures qui favorisent ce que, malgré les réprimandes, certains appellent le « grand remplacement ».
Pourquoi ne pas se servir de l’immigration pour lutter contre la désertification des campagnes ? Macron y songe et a plaidé pour une meilleure répartition des étrangers sur le territoire de la France, notamment dans les « espaces ruraux, qui, eux sont en train de perdre de la population ». Attendons le mode d’emploi.
Il a également promis « d’améliorer l’efficacité des politiques de reconduite à la frontière pour les étrangers en situation irrégulière ». Comme ses prédécesseurs.
*Paul KLOBOUKOFF Académie du Gaullisme   Le 28 septembre 2022
Sources et références
(1) Composantes de la croissance démographique   Insee Tableau de bord de l’économie française paru le 18 01 2022
(2) Activité, emploi et chômage des immigrés de 2014 à 2021   L’essentiel de l’immigration n° 202287 juillet 2022
(3) Activité, emploi et chômage en 2021 et en séries longues (enquête emploi en continu) Insee Résultats   le 22/07/2022
(4) Emmanuel Macron annonce un projet de loi sur l’immigration pour « début 2023 »   lemonde.fr/politique/article/ 2022/09/15/emmanuel…

© 01.10.2022

Retourner au contenu