206 DUMESNIL - Académie du Gaullisme

 Président-fondateur
Jacques Dauer

Académie du Gaullisme
La Lettre du 18 JUIN Vingt- sixième année – n° 206 – Avril 2018
"Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde."
Aller au contenu

206 DUMESNIL

par Alain DUMESNIL
LAÏCITÉ

Chaque jour, l’ensemble de la presse, le monde politique et législatif, les associations cultuelles nous expliquent avec acharnement la façon « correcte » de comprendre le mot « laïcité ». Quel est leur but ?  D’autant qu’ils sont tous différents !… Je comprends de moins en moins cette volonté à vouloir me faire modifier mon comportement, ma façon d’être et le mode de vie qui m’a été enseigné.
Je ne comprends toujours pas que ce qui m’a permis depuis bien des années de vivre avec et près de l’autre,  en harmonie, sans chercher à connaître son jardin secret, à la recherche permanente de ce que sa différence pouvait m’apporter, soit remis en question au nom de principes que seul des prosélytes du communautarisme et de l’intégrisme le plus obscurantiste veulent nous  imposer.
Jusqu’à m’interdire de m’exprimer sur cette différence !… Je vais vous faire part de mon expérience, mais également de mes interrogations sur ce sujet, non en reprenant tout ce qui a été dit par les uns et par les autres et bien mieux que je ne pourrais jamais le faire, mais dans l’esprit de penser à la France qui mérite beaucoup mieux que tous ces débats vides de sens et qui n’intéressent que ceux qui les créent…
Mes interrogations sont les suivantes :
Ce qui fait partie des fondements de notre société française depuis que la France a compris bien avant les autres les dangers liés au mélange des genres, ô combien dangereux, entre le fait religieux et le fait politique. Ce fondement doit-il être modifié ou bien voire même aboli ? Les minorités qui composant notre Pays sont-elles plus importantes que la Nation française ?
Je veux bien comprendre que dans une époque ou le passé ne sert plus à rien - totalement « ringard » diraient certains -  qu’il faille absolument faire place à un avenir composé de nouveaux principes, mes propos soient
perçus comme vides de sens et prononcés dans le désert…
Durant plus de trente ans, j’ai participé activement, comme bien d’autres, à la résolution des problèmes concernant tout ce qui pouvait être créateur de tensions entre les hommes, entre les cultes, entre les pays et entre les « communautés »…
Pour en arriver là, me direz-vous, beau résultat…
Aujourd’hui, j’aimerais tout simplement que nous retournions à nos fondamentaux. Eux seuls sont la solution pour résoudre tous nos maux…
Cela n’est possible qu’avec l’aide et la compréhension de tous et de toutes…
Je m’adresse donc à tous ceux qui aujourd’hui veulent changer notre société et plus particulièrement au monde politique et au monde religieux…
Je m’adresse à vous tous car la France est un tout, une Nation et non une mosaïque de communautés comme certains voudraient qu’elle soit.
Il y a trente ans, jamais je n’aurais imaginé faire une telle demande. Je résidais alors dans une cité paisible et bourgeoise de la banlieue parisienne où chacun vivait en respectant l’autre et sa différence, sans se soucier de ce qu’était cet « autre », tout simplement en le respectant comme homme de bien.
Force est de constatée que tout cela a disparu. Que font ces Élus pourtant conscients des dangers communautaristes ? Plus soucieux de leurs réélections que de faire respecter les valeurs de la République, au prix d’abandons remettant en cause les principes de notre laïcité ils ont pour nombre d’entre eux, toutes tendances confondues, laissé faire et n’ont jamais voulu admettre que cela allait détruire les équilibres de nos quartiers, puis de nos cités puis de notre Pays tout entier « La France ».
Le culte du « chacun pour soi » et de l’argent roi a été plus fort que tout.
Une minorité ce n’est pas la France, c’est une des composantes de notre Nation.
Les Pouvoirs publics pourtant conscients de ces dérives et de ces excès ont laissé et laissent faire... impuissants ou sans réelle volonté ?
La Police et la Justice se trouvent confronter à l’obligation de prendre des décisions en fonction de la tendance médiatique et/ou des instructions que leur donnent leurs hiérarchies… elles-mêmes soumises.
Savez-vous qu’en France, dans notre Pays, au sein de l’Union européenne, il existe des milices communautaires, parfois armées ? Lorsque l’on connaît la législation sur les armes dans notre Pays, on est en droit de se poser de légitimes questions. De plus, force est de constatée qu’un certain nombre de ces milices qui chez nous ont pignon sur rue sont interdites dans nombre de démocraties de cette même CEE.  Pourquoi en est-il ainsi ? La question reste posée et… la réponse se fait attendre !
Quant au Pouvoir religieux, il a la mémoire courte. Oubliant ses responsabilités, ne contrôlant ou ne voulant pas contrôler ceux de ses adeptes qui veulent imposer leur certitude à ceux qui ne pensent pas comme eux. L’Institution passe avant la République !
Tous veulent toujours plus et aucun n’est prêt ou ne veut agir.
Depuis quelques années ma cité est devenue au fil du temps une zone de non-droit où les excès communautaristes sont permanents. Si, pour votre malheur, vous dénoncez ces excès les réactions pour vous faire taire sont toujours les mêmes et d’une violence certaine.
Vous êtes forcément  un anti ceci…, un anti cela..., un dangereux... En clair,  un citoyen qu’il faut bâillonner, qui dérange.  Il faut que vous en soyez convaincu et parfois on fait même appel aux Autorités et à la Justice de notre Pays pour cela !
Que faire ? Tout simplement redemander sans relâche aux hommes politiques et aux responsables religieux de prendre leurs responsabilités et d’assumer leurs rôles.   
Les premiers doivent être les garants d’une laïcité qui n’a d’autre but que de faire vivre toutes les composantes de notre Nation en harmonie et dans le respect de tous. Leur seul but doit être l’unité nationale dans le strict respect de nos Institutions et des règles que nous nous sommes fixées à travers nos votes.
Les seconds doivent réservés leurs enseignements à la sphère privée à condition que ces enseignements ne nuisent pas et ne s’imposent pas à tous.
Arrêtons de privilégier les minorités. L’essentiel est la France, notre Pays.
Arrêtons de construire les murs qui divisent, isolent et marquent encore plus les différences…
Arrêtons d’enchaîner ceux qui osent s’exprimer…
Arrêtons le mélange des genres…
Je finirai par les paroles sages d’une amie, qui se reconnaîtra, « Quand on sème de la haine dans le cœur des Hommes l’on ne récolte pas de l’Amour ».  
Vouloir trop protéger c’est exposer encore plus ceux qui dans leur grande majorité sont avant tout des Français et « fiers de l’être ».
La France a ses particularités, on a le devoir de l’aimer et de la respecter.  
La laïcité dans son intégralité est l’un de nos principes fondamentaux. Nous n’avons pas à légiférer chaque jour pour en modifier le sens.  
Je suis un Homme Libre et je ne sais si je pourrais encore continuer à Vivre libre dans ma cité ou même dans mon propre Pays, mais ce que je sais, c’est que l’esprit de Résistance qui m’anime sera toujours plus fort que tout…
La LIBERTÉ se mérite…

© 06.04.2018



Retourner au contenu