ACADEMIE DU GAULLSME

Président Jacques MYARD

LA LETTRE du 18 JUIN N°224 FÉVRIER 2020

bootstrap responsive templates
Mobirise


EN MATIÈRE DE DISSUASION NUCLÉAIRE, GARDONS NOUS DE TOUTE  UTOPIE !

16 février 2020  


                    JACQUES MYARD

Le discours du président de la République à l'école de guerre le Vendredi 7 Février sur la dissuasion nucléaire mérite une analyse objective, sans polémique car l'enjeu est d'importance.
En premier lieu le Président Macron souligne l'instabilité du monde actuel caractérisé par un recul des règles multilatérales et du droit, rien de bien nouveau c'est un adage immuable que de garder en mémoire que l'Histoire est toujours tragique pour les naïfs... 
Emmanuel Macron appelle au désarmement nucléaire en application de l'article 6 du TNP, vaste programme ! 
Mais il oublie qu'un désarmement nucléaire donne un avantage de supériorité militaire aux gros bataillons que peuvent aligner des pays hyper peuplés comme la Chine ou l'Inde ! 
Ce serait un monde encore pus dangereux et instable que celui d'aujourd'hui ! 
Le désarmement nucléaire est un leurre pour la France ! 
C'est à juste titre que le Président appelle à reconstruire la confiance avec la Russie, on ne peut que l'approuver mais nombre de nos partenaires européens ne sont pas sur cette ligne. 
Emmanuel Macron affirme aussi à juste titre que la France doit avoir un outil de défense complet, moderne, puissant ! 
Il réaffirme que la dissuasion ne peut jouer dans une riposte graduée, elle ne peut être une arme du champs de bataille , elle doit rester l'ultime recours de la défense de nos intérêts vitaux, en un mot la dissuasion est faite pour interdire toute attaque . 
Mais si toutes ces positions correspondent à la position française depuis longtemps, l'idéologie européenne d'Emmanuel Macron revient in fine et risque d'avoir des conséquences directes sur notre capacité à agir en toute indépendance, ce qui est le propre de la dissuasion ! 
Emmanuel Macron affirme tout d'abord que " les intérêts vitaux français ont désormais une dimension européenne" or le propre des intérêts vitaux est de jamais être défini à l'avance : l'ennemi doit rester dans une interrogation perpétuelle ! 
Puis il franchit un cap qui s'inscrit dans une utopie dangereuse : 
" Je souhaite que se développe un dialogue stratégique avec nos partenaires européens sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective "
Et il ajoute " Nos partenaires pourront êtres associés aux exercices des forces françaises de dissuasion ... ce dialogue stratégique et ces échanges participeront au développement d'une culture stratégiques entre Européens
Cette position est INACCEPTABLE car elle conduira à un total blocage avec nos partenaires européens qui exigeront d'être associés à la décision ultime ! 
Cette une faute idéologique extrêmement préjudiciable à notre indépendance et à notre crédibilité militaire . 
De plus elle va accroître les tensions - déjà très grandes - entre la France et l'Allemagne. L'Allemagne qui nourrit de sombres visées sur notre siège permanent au Conseil de Sécurité ! 
Macron devrait enfin apprendre que les Etats n'ont pas d'amis et que l'utopie et les bons sentiments sont des fautes irresponsables dans les relations internationales ! 
JACQUES MYARD
PRESIDENT DU CNR
PRESIDENT DE L’ACADEMIE DU GAULLISME

LA FRANCE FACE AUX ENJEUX DE L’INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Réunion du CNR et d l’Académie du Gaullisme Au Palais Bourbon, 128 rue de l’université 75007 Paris 

présidée par Jacques MYARD
Avec Claude REVEL
 

« Ils étaient deux à avoir une certaine idée de la France,
                 Charles de Gaulle et Winston Churchill »
                           « Deux forces, deux visions » 

par Christine ALFARGE,

Si l’histoire entre l’Angleterre et la France n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, un homme Winston Churchill, l’ami de la France, ne tarissait pas d’éloges à son sujet, la voyant invincible, gagnant la bataille de la Grande guerre, celle de Clemenceau. Winston Churchill avait une foi totale dans la puissance de l’armée française, pourtant le destin en décidera autrement quelques années plus tard.. Lire la suite

Après le DOJ, GE, la NASA,
F. Hollande, son cabinet et son gouvernement qui ont bradé la société   Alstom

par Henri Fouquereau,

Notre Société traverse, dans ses profondeurs, et sans trop en avoir pris conscience jusqu'à ces derniers temps, une crise profonde, grave. Après l'horreur des guerres, l'horreur économique, l'horreur financière qui dévale en notre direction, allons nous laisser s'installer et dominer l'horreur sociale ?  Réveillons nous avant qu'il ne soit trop tard, la protection sociale, dans sa globalité et les retraites dans  Lire la suite

Retraites : Conférence de financement pour gogos ?
Avis inhabituellement sévère du Conseil d’Etat sur le dossier de la réforme 

Par Paul KLOBOUKOFF,

Ce n’est pas le sujet que j’avais choisi pour le présent article. Mais Impossible de ne pas l’évoquer tant il est important. Saisi le 3 janvier, le Conseil d’Etat a émis le 24 janvier un avis (1) très sévère sur le volumineux dossier du projet de réforme des retraites qui lui a été soumis, qui comprend deux textes de lois, une loi ordinaire et une loi organique, ainsi qu’une étude d’impact financier de cette :  Lire la suite

L'Aménagement du territoire, une discipline à part entière
pour un développement humain intégral 

par Romain ROCHAS,


Lorsque, le 14 février 1963 fut créée la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale ou DATAR , ce fut une innovation majeure dans la conception du développement national. Au lieu de se contenter d'une vision sectorielle de l'action publique (l'agriculture dans toute la France, l'industrie dans toute la France, le commerce  dans toute la France, l'enseignement dans la France entière… Lire la suite

Nous nous sommes tous enrichis !!!???

par Marc DUGOIS,

« Nous nous sommes tous enrichis puisque le PIB mondial par habitant s’établissait à 452,7 dollars américains en 1960 et à 11 312 en 2018. » est la phrase que le journaliste Michel Faure a écrite sur Contrepoints aujourd’hui, 18 janvier 2020, dans un article commençant par « Tout va bien mais nous allons mal. » présenté comme un « paradoxe français qu’illustre la baisse de la natalité... Lire la suite